Arecap, les premiers résultats très encourageants : la lutte continue !

Arecap la lutte continue en 2018 !

En 2017 : 4644 palmiers ont été traités dont 4126 palmiers privés et 518 publics sur le territoire de la Cavem (Communauté d'aglomération Var Estérel Méditerranée regroupant les 5 communes : Les Adrets de l'Estérel, Fréjus, Puget-sur-Argens, Roquebrune-sur-argens, saint-Raphaël). Plus de 2400 proriétaires privés se sont engagés à faire traiter leurs palmiers dans le cadre d'Arecap. C'est déjà bien si on tient compte du fait que certains autres propriétaires font également traiter leurs palmiers avec des "stratégies" agréés différentes mais pas encore assez pour permettre de faire baisser drastiquement la population de charançons.

La lutte collective Arecap initialement prévue pour durer idéalement 3 ans s'étendra sur 5 ans pour tenir compte des derniers et nouveaux inscrits en 2018.

La campagne de traitements a repris depuis début mars. Si vous aussi vous souhaitez faire traiter vos palmiers, il n'est pas encore trop tard, n'hésitez pas à vous inscrire par Internet sur le site de la Cavem vous y trouverez les conditions et le formulaire d'inscription à remplir en vous laissant guider.

inscription en ligne arecap 2018

Pour ceux qui n'ont pas accès à Internet, vous pouvez leur conseiller d'appeler le numéro vert gratuit mis à leur disposition :

engagez vous

Même si vos palmiers peuvent être traités toute l'année, le printemps reste la saison la plus favorable en dehors des épisodes pluvieux.

Si vos palmiers ont été traités de juillet à novembre l'année précédente nous vous recommandons vivement d'accepter de les faire traiter dès le printemps l'année suivante. Ceci afin de tenir compte des périodes de sécheresse exceptionnelle des sols que nous avons connues en 2016 et surtout en 2017 et qui pourraient se reproduire dans les années à venir.

 Des arrêtés municipaux devraient être pris prochainement par les Maires des communes de la Cavem pour contraindre les propriétaires indélicats, qui laissent leurs palmiers infestés sans les traiter, contaminer leur environnement et participer à la propagation des charançons. Nous espérons ne plus voir dans les propriétés publiques ou privées des palmiers laissés à l'abandon pendant des mois jusqu'à ce qu'ils soient réduits à l'état de "totem". A noter qu'un palmier infesté ne relâche plus de charançons lorsque les tissus sont complètement secs. Les larves de charançons ne trouvent plus de sève pour se nourrir et les femelles adultes quittent alors le palmier pour s'installer dans l'un des palmiers du voisinage.

Les premiers résultats très encourageants depuis 2016..

Les premiers résultats d'Arecap enregistrés à la fin de la campagne de traitement (15 novembre 2017) pour les traitements effectués depuis 2016 portent sur 2701 palmiers référencés et suivis par la Cavem. Les remontées du terrain permettent de déterminer un taux d'échec inférieur à 1,5% ! Ils ont été publiés par Frédéric Ferrero, directeur du service environnement de la Cavem et responsable technique d'Arecap lors de la réunion organisée par le CMSP à Antibes le 31 janvier 2018, vous trouverez le support de sa présentation ICI.

Ce résultat très encourageant est obtenu sur des palmiers qui ont été traités alors qu'ils étaient "visuellement" sains ou asymptomatiques.

Sur les 2701 palmiers, 39 palmiers se sont trouvés en échec et ont été perdus ! Ce sont donc une vingtaine de propriétaires qui ont eu à déplorer la perte de leurs palmiers ! Bien entendu nous le regrettons pour eux. Nous les remercions d'avoir fait un acte citoyen et d'avoir rendu service à la communauté car, si le produit n'a pas pu tuer les larves qui étaient déjà adultes ou à un stade de développement avancé, le traitement a empêché le développement de nouvelles larves et à fait échouer les pontes qui se sont produites après le traitement.

Sans traitement Arecap ce ne sont pas 39 mais environ 450 palmiers que nous aurions perdus ! Nous avons donc pu sauvegarder, provisoirement certes, un patrimoine végétal de 411 palmiers que l'on pourrait valoriser, pour se donner une idée, à plus de 2 millions d'euros !

Pour pérenniser les résultats d'Arecap il est absolument essentiel que les services de l'Etat (La DGAL - direction générale de l'Alimentaion) dont c'est la responsabilité, engagent dès cette année la généralisation de la lutte collective sur l'ensemble du littoral méditerranéen.

Rappelons

1 ) que les traitements préventifs sont obligatoires sur tous les palmiers du territoire de la CAVEM qui est maintenant classé en zone contaminée étendue.

2) que le traitement par injection, même s'il peut avoir un effet curatif sur les larves néonatales, n'est homologué que pour des traitements préventifs sur des palmiers sains.

L'insecticide chimique dont le constituant efficace est l'émamectine benzoate, est diffusé par la sève montante dans le palmier. En quelques heures, voire quelques jours, suivant le degré d'hygrométrie des sols, les bases des palmes se trouvent protégées contre l'attaque du charançon (ou du papillon d'ailleurs ! puisque, suivant les experts de Syngenta, le Revive, c'est le nom commercial du produit insecticide, est encore plus efficace contre les lépidoptères (les papillons)).

Compte tenu du taux d'infestation, il est assez fréquent que des palmiers soient injectés alors qu'ils sont visuellement sains ou asymptomatiques bien qu'étant déjà infestés à un stade plus ou moins avancé ce qui est le cas lorsque les pontes du charançon sont effectuées dans des palmes latérales. Dans ce cas les symtômes visuels peuvent n'apparaître que très tardivement. Il est donc recommandé, même si vous avez fait traiter préventivement vos palmiers de les surveiller très régulièrement et de prévenir le professionnel qui les a traités en cas de détection de symptomes d'infestation.

Retour Accueil